Bienvenidos a Ecuador

Arrivés proche de la frontière nous avions hâte de passer de l’autre côté pour entamer une nouvelle page de notre voyage. C’est donc un dimanche après-midi que nous avons effectué notre sortie de la Colombie et l’entrée en Equateur. Formalités ultra rapides 1h au total. Tout d’abord présentation des passeports au guichet Colombien de l’immigration où sortants et entrants se croisent, puis surtout ne pas oublier de mettre fin à l’importation temporaire du véhicule (sinon gare aux ennuis lors d’une visite future du pays !). Tampons de sortie en poche direction le poste frontière Equatorien, surtout ne pas passer la frontière par inadvertance comme c’est arrivé a une famille de voyageur rencontré sur la route. Donc ne voyant aucune indication précise d’un guichet pour la déclaration d’importation temporaire de Tommy je demande à un militaire totalement captivé qui m’indique vaguement un emplacement de l’autre côté de la route. Aïe ! il faut couper 3 files de véhicules pour rejoindre ledit emplacement qu’à cela ne tienne on va le faire “à la Colombienne” c’est-à-dire en forçant lentement le passage à angle droit et ça marche pas un seul coup de klaxon ! .

Frontiére colombienne

Passage au guichet immigration, tampon puis bureau sur la droite pour déclaration du véhicule “señor allez faire une photo de l’avant du véhicule et une du numéro de châssis et revenez ici !” 10 minutes plus tard et sans plus de formalités (visiblement le contenu de la cellule n’intéresse pas les douaniers et encore moins Milou) nous avons le fameux sésame en main, ça y est on est en Equateur !

Reprise du volant, et a peine un kilomètre après la frontière on sent qu’on a changé de pays, il y a une nette différence qui nous saute aux yeux : tout a changé, la route est excellente, les montagnes alentours sont verdoyantes et cultivées ou enherbées mais sans forets. Le trafic est régulièrement interrompu par des feux rouges, la conduite est beaucoup plus disciplinée, les villages ou les villes ont un look totalement différent car ici on ne construit pas avec de la brique rouge mais avec des moellons gris blancs de plus un bon nombre de maisons sont peintes. Les infrastructures routières sont d’excellente qualité et là où la route épousait la forme du relief en Colombie (pour le meilleur et pour le pire !) ici les butes sont rabotées pour tenter de maintenir la route plane ou tout du moins d’une déclivité acceptable. Ne parlons pas du prix du gasoil qui est sans égal pour nous venant d’Europe : 27 cents par litre !

La première grande agglomération rencontrée en direction du sud sera Ibarra et là nous aurons confirmation du degré d’américanisation du pays, les pharmacies sont comme en Amérique du nord des drugstores ou l’on vend de tout et accessoirement quelques médicaments contre des dollars américains. Eh oui en 2000 sur décision des autorités Equatorienne le Sucre (prononcer Sucré) monnaie nationale fût abandonnée et remplacée par le dollar US apportant une stabilité monétaire indéniable mais au prix de l’abandon du droit souverain de tout état qui est de battre sa propre monnaie. Maigre consolation seules les pièces sont frappées en Equateur les billets quanta eux étant achetés et importés directement des Etats Unis.

Panaméricaine coté Equateur

La prochaine étape Quito et notre escapade aux iles Galapagos vous seront contées très prochainement par Angie !

Hasta pronto amigos !


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s